Droit de réponse

On me reproche des « tweets » que j’aurais « likés » et un partage que j’aurais fait sur Facebook il y a deux ou trois ans. Il y a un ou deux mois, un « journaliste » m’a appelé pour me dire qu’il avait trouvé sur mon compte twitter que j’avais « aimer » ou partager des « posts » sur ces deux réseaux, que ce monsieur, qui s’érige en juge, qualifiait de racistes. Il faut croire que ce site (Buzzfeed, qui me situe en Paca) ne s’attaque qu’au FN. Concernant Twitter, il avait ressorti des tweets qui dataient de plusieurs années, que même moi, pourtant titulaire du compte, je ne peux plus voir : je n’ai plus accès à mes propres tweets d’avant 2016. Mais lui il a accès à tout. Quand on vous parle de 140 caractères que vous avez tapés il y a deux ou trois ans, il faut une bonne mémoire pour savoir de quoi il s’agit. Heureusement, sur le site de ce « journaliste », les tweets qui me valent cette soudaine notoriété sont là, affichés comme des pièces à conviction, qui me condamnent déjà. La prétention de ces gens-là est incommensurable.

Précisons donc que les deux articles en question, je ne les ai pas écrits, je les ai seulement « liké », ou aimé. Mais qu’importe, je suis condamné sans jugement par les Torquemada du net. Le premier est un article qui a circulé à l’époque sur Facebook et que tout le monde a vu. Il comporte deux caricatures : une très connue, représentant un tirailleur sénégalais, avec le slogan « y a bon Banania », et la deuxième, très connue aussi, représentant Mme Taubira, avec le slogan « y a pas bon Taubira ». Et alors ? Alors je répondais à un autre commentaire, qui par hasard est flouté. Trop facile. Je répondais donc que moi je trouvais cette caricature plutôt drôle, et pas du tout raciste. Cet avis du détournement d’une pub ancienne, pour moi qui suis contre la loi Taubira, n’engage que moi. Si on ne peut plus rire des Noirs (pardon, des Blacks, puisque de nos jours Noirs c’est raciste, alors que Blacks, c’est tendance), alors pourquoi peut-on rire impunément des Belges, des Suisses ou de tant d’autres ? Et surtout en quoi mon modeste avis sur ce dessin humoristique serait-il plus raciste que la blague de haut niveau qui consiste à dire que « le kwassa-kwassa pêche peu, mais amène du Comorien » ?

Le deuxième article, sur Twitter, représente un musulman modéré, chapelet (Tasbih, ou As-Subha) en main, qui cache dans son dos un poignard. Déjà ce tweet, que j’aurais aussi « liké », peut éventuellement être considéré comme étant « islamophobe », mais certainement pas raciste. Rien, dans la loi française, n’interdit de critiquer une religion, ou alors les chrétiens seraient en procès permanent. Il est évident que les terroristes de nos jours se revendiquent de l’islam. Il faut quand même se souvenir que Mohammed Mehra correspondait exactement à ce musulman du tweet. Souvenons-nous que Mehra buvait, sortait en boite, se comportait à l’opposé du radical qu’il était. Il le faisait tellement bien que même les services de renseignement eux-mêmes se sont laissés berner, et ont cessé de le surveiller. Les terroristes qui arrivent avec les vagues de migrants ont tous l’air de modérés, même ceux du Bataclan. Plus récemment, l’Algérien étudiant de 40 ans qui a attaqué un policier au marteau, se disait pro-occidental, éloigné de la religion, au point que même son directeur de thèse en est resté abasourdi, alors que son étudiant avait déjà fait allégeance à l’Etat islamique. « Daech appartient bien, hélas, à la sphère musulmane », dit le philosophe Pascal Bruckner. Pourquoi cette vérité devrait-elle être tue ? Localement, Peu de gens sont choqués par les propos tenus par un député local qui se plaint d’une trop grande « arabisation » de Valence. Dans ce cas précis, il ne s’agit même plus d’islamophobie, mais carrément de racisme.

Donc le racisme et l’islamophobie sont décrétés dès qu’un membre du FN donne un avis. Ce jugement sans appel ne s’applique plus quand des propos réellement racistes sont tenus par des notables des milieux autorisés. Oui, j’ai « liké » ces articles, et je les « likerais » certainement encore aujourd’hui. Je ne me plierai pas aux injonctions de ces Big Brothers qui décortiquent nos moindres gestes et paroles pour nous bâillonner. Ils ne me diront pas de quoi je peux rire et je n’aurai de cesse de dénoncer ceux qui nous font la guerre : les terroristes islamistes. La méthode qui consiste à traiter des opposants de racistes ou d’islamophobes pour les empêcher de dire la vérité commence à être un peu usée. Je suis reconnaissant à la presse nationale, qui par son goût du buzz plus que de l’info, élargit ainsi un peu ma notoriété.

Bernard Sironneau

2 commentaires

  • TASSIt

    recevant au courrier ce jour, vendredi 06/06 les professions defoi pour les législatives, rien pour le front national. seuls en marche, 2 bulletins, 1 du parti communiste, un pour LR et UDI. Rien pour les autres, la démocratie?, je suis révolté et j’ appelle mes amis à voter FN le 11 juin ? courage et volonté

    • Bernard Sironneau

      Merci TASSIt pour vos encouragements. Effectivement, la distribution des professions de foi est une vraie calamité et une insulte à la démocratie. La Préfecture a été saisie, mais ne semble pas s’émouvoir pour autant. Il y eu les mêmes « dysfonctionnements des machines » pour les présidentielles. Comme il faudra s’habituer à vivre avec les attentats, il faudra s’habituer aux dysfonctionnement des machines. Les machines sont responsables, pas les humains. C’est vrai qu’une ère nouvelle commence… BS

Laisser un commentaire