Centre aqualudique, elles sont où les économies ?

Le Maire de Valence nous explique, à grand renfort de lettres (aux frais du contribuable), que la situation financière de la ville est alarmante, et dans le même temps il entreprend les travaux pour un Centre aqualudique à l’Epervière. D’un côté il dit aux Valentinois qu’il est aujourd’hui indispensable de mettre en œuvre un nouveau plan d’économies, et de l’autre il leur dit qu’il va leur construire un méga centre de loisirs. Cela ne semble pas très cohérent, et l’explication déjà connue et recyclée selon laquelle « c’est pas cher, c’est l’agglo qui paie » ne dupe personne : même de l’Agglo, c’est l’argent du contribuable.

Par ailleurs, l’argument du déficit annuel prévu moins élevé comparativement avec des piscines classiques est un peu tiré par les cheveux. Un déficit est un déficit, et il est d’autant plus élevé quand il est impératif de mettre en place un plan d’économies.

De deux choses l’une : ou la situation n’est pas aussi catastrophique qu’on veut bien nous le dire, ou nous vivons largement au-dessus de nos moyens. C’est malheureusement la deuxième hypothèse qui va se jouer, loin d’être une démonstration de gestion « en bon père de famille ». Un tel établissement, pourquoi pas ? Mais étant donnée la situation, moralement, c’est gênant. C’est indécent pour les Valentinois, mais bien plus encore pour ceux de l’Agglo Valence-Romans qui habitent loin de Valence, dont beaucoup n’en profiterons jamais mais qui participeront malgré eux à son financement. Remercions-les ici…

Ce projet ne présente aucun caractère vital ni pour la ville, ni pour l’Agglo Valence-Romans, et aurait pu être juste repoussé de deux ou trois ans, ne serait-ce que pour s’accorder avec la promesse du maire « d’économies partout où cela est possible ».

Le Maire de Valence profite d’être en même temps Président de l’Agglo Valence-Romans pour jouer sur les deux tableaux. Cela ressemble fort à un conflit d’intérêts.

Cerise sur le gâteau, comme le soulignent des conseillers de l’Agglo, l’exploitation sera laissée à une société privée pour une durée de 25 ans. Elle reviendra alors de plein droit à l’Agglo… au moment où il faudra réinvestir pour un bâtiment ancien.

Enfin, autour de Valence, il existe déjà le complexe Diabolo à Bourg-de-Péage, la piscine de Romans, et la piscine de Portes-les-Valence. Ces deux piscines vont être réaménagées et agrandies, même si Portes-les-Valence n’est pas dans l’agglo Valence-Romans. Si ça continue, dans le Dauphiné, nous allons bientôt muter en dauphins. Ça me fait déjà « flipper ». B.S.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.