Soupe campagnarde au Front National

C’est vrai, ils n’étaient pas aussi nombreux qu’on l’aurait souhaité, ils étaient cinq ou six. Mais quand bien même il n’y en aurait eu qu’un seul, le pari de donner un peu à un de nos compatriotes oubliés aurait été gagné. Oubliés par le pouvoir et les bobos, qui préfèrent s’émouvoir du sort des illégaux à qui on donne pourtant tout : soins, toit, nourriture, iphone, etc… Nous nous devions de faire quelque chose pour les Français abandonnés, et nous l’avons fait. Il faudra recommencer. BS

La haine des nuit-debout envers les Français

Au lieu de s’occuper des français dans la détresse, les nuit-debout chaussent leurs baskets à la recherche des réfugiés de Calais qui n’ont pas voulu prendre le car. Un réseau par sms se met en place pour leur proposer un hébergement, où est l’égalité dans la solidarité ? Pourquoi les français dans la précarité ne bénéficieraient-ils pas de place dans des châteaux ?

nuit-debout

du temps, du personnel, des châteaux et de l’argent pour les migrants, qui paie cette immigration massive ?

F.MARCEL

Les SDF à Valence, des citoyens oubliés

Nous vivons une période d’austérité, mais pour certains c’est encore plus austère. Les SDF, que nous croisons tous, parfois sans les voir, en savent quelque chose. La municipalité se bat à juste titre pour déloger les illégaux qui squattent les appartements vides de l’OPH. Donc vides ou squattés, les loyers ne rentrent pas. Pourtant quand je suggère d’y loger les SDF, la réponse tombe, pragmatique, froide comme l’hiver : toute personne « éligible à un logement » peut présenter sa candidature. Les SDF, circulez, il n’y a rien à voir ! Mais quand on obligera la municipalité à loger les migrants, devenus « éligibles » et légaux sur ordre, nos SDF, des concitoyens qui ont le tort d’être en règle, seront toujours à la rue. L’hiver approche…

L’article sur le magazine municipal s’arrête là, puisque limité pour les élus de l’opposition. Je profite donc de ce site pour préciser une ou deux choses.

Les SDF ne sont pas des gens à se plaindre sur leur sort. Ils ne réclament rien, et ne sont pas dangereux puisqu’ils ne sont même pas regroupés en association. Comme ils sont en général des citoyens français, ils n’intéressent ni les « droitdelhommistes » ni les bobos bien pensants. Cerise sur le gâteau : la plupart du temps, ils ne votent même pas ! Alors évidemment on ne va pas dépenser la moindre énergie et le moindre euro pour ces gens-là ! La droite, la gauche, les associations caritatives ou les intellos, personne ne s’attarde sur eux.

J’exclus de la liste la Croix Rouge, qui fait un travail remarquable l’hiver avec ses maraudes. Je les ai rencontrés et ce sont des gens vraiment sincères et dévoués, qui ne font pas de la solidarité pour épater la galerie. Également à exclure les Identitaires, qui eux aussi organisent des maraudes au profit des SDF, tout aussi discrètement.

Bernard Sironneau
Conseiller municipal d’opposition à Valence (26000) – Groupe FN

Article à paraître le 5 septembre dans le prochain numéro du magazine municipal « Voir Valence ».