Refondation de la fédération FN de la Drôme

Chers amis du Front National,

Après quelques semaines de réflexion, je viens à vous en toute simplicité et toute franchise. J’ai pris le temps, en accord avec le bureau fédéral, d’engager une refondation au sein de notre fédération.

En effet, le contre-coup des dernières élections a été très difficile pour la grande majorité d’entre nous. Le départ de Marion Maréchal Le Pen après la Présidentielle et ensuite celui de Florian Philippot ont accentué ce sentiment d’échec.

Il a bien fallu ces quelques semaines pour arriver à « digérer » tout ceci.

Mais j’ai quand même envie de vous dire que finalement, malgré nos déceptions, nous devrions essayer de voir le positif : Notre Présidente Marine le Pen est arrivée en tête du 1er tour de la Présidentielle dans la Drôme. Les candidats Drômois aux Législatives se sont bien battus malgré un contexte très difficile et très défavorable face à des LREM ultras médiatisés et très bien organisés !

N’oubliez pas que le Front National a obtenu 11 millions de voix lors du second tour de la Présidentielle, soit quasiment 3 millions de plus qu’au 1er tour !

Dans la Drôme, nous avons largement augmenté nos scores en terme de votants !

C’est pourquoi je pense qu’il est grand temps de nous retrouver, adhérents, militants et sympathisants. Et pas seulement à l’occasion des élections !

Le bureau à la rencontre des militants

Voici deux points que nous allons mettre en place dès le mois de février 2018 :

  • Les membres du bureau restreint vont se déplacer sur les 4 circonscriptions afin de vous rencontrer pour discuter et échanger avec vous. La proximité avec vous nous semble primordiale. Il est temps de remettre de la camaraderie, de créer des liens, des réseaux, d’aider le bureau à avancer et à s’améliorer…
  • Nous avons également décidé de reformer des « équipes » qui soient plus appropriées pour les échéances électorales à venir, en particulier pour les élections municipales. Nous avons donc mis en « stand bye » les délégué(es) de canton pour recréer des équipes qui vont être chargées de s’occuper de ces élections.

Prochains rendez-vous

Vous pouvez d’ores et déjà noter sur vos agendas :

  • le 27 janvier 2018 : Galette des rois avec Julien Sanchez (lieu et heure à définir)
  • le 04 février 2018 : la venue d’un ambassadeur, nommé par Marine, qui viendra vous écouter et vous entendre (lieu et heure restant là aussi encore à définir).

Mais en attendant :

Je vous rappelle  que vous êtes invités au « buffet de Noël » samedi 16 décembre à partir de 18 h 30. Vin chaud, petits fours et bonne humeur seront au rendez-vous, sans compter le tirage de la tombola où quelques lots très sympathiques n’attendent plus que vous !

A l’occasion de la « journée du drapeau » (qui avait été reportée en raison du décès de Johnny Halliday), une distribution de tracts aura lieu sur le marché de Valence Samedi matin. Si vous souhaitez venir nous aider, rendez-vous devant la permanence à 10h.

Et en début d’après-midi nous irons déployer nos drapeaux dans la ville !

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.

J’espère, nous espérons, vous voir nombreux !

Bien amicalement,
Laure PELLIER – SD Drôme

Froid mortel pour les SDF, confort douillet et fitness à l’oeil pour les taulards

On vit une époque formidable ! Déjà un trop grand nombre de SDF morts de froid en France cette année pendant que les taulards de Valence se défoulent dans un gymnase flambant neuf. Flambant, sans jeu de mot : l’aile de la prison ravagée par le feu il y a un an ne sera rouverte qu’en 2019 ! Au fait, les casseurs seront-ils les payeurs ?

Certes, les prisonniers se défoulent, mais pour la bonne cause, c’est au bénéfice du Téléthon. L’apparence de la générosité et de la solidarité de la part de ceux qui n’en ont pas eu pour leurs victimes est un prétexte de plus pour justifier des privilèges dont ils devraient être justement privés. Et quoi ! quel beau geste de la part de ces repris de justice rejetés par cette société qui ne leur a pas tendu la main ! Pas sûr qu’administration ou détenus se soucient vraiment du Téléthon. Un des responsables de la prison déclare : « L’établissement est dans une dynamique de réinsertion active. Le sport est un moteur. Les détenus développent le respect de soi et des autres ». Fermez le ban ! Il a raison de les entraîner, il leur faudra aux détenus beaucoup d’estime des autres quand ils s’attaqueront à une autre aile de la prison lors de la prochaine mutinerie. Bon, ça devrait bien se passer pour eux, puisque la décision a été prise récemment de ne mettre qu’un gardien au lieu de deux. Il y a un an, alors que le quartier maison centrale n° 2 (QMC2) avait été ravagé par les flammes et complètement détruit, la garde avait été doublée. Le fait qu’aucun incident n’ait été signalé depuis n’est pas, pour l’administration, le signe de l’efficacité de la mesure. Cette administration juge que puisque tout se passe bien, on repasse à un seul gardien par étage. C’est un signal fort : la prochaine mutinerie peut être envisagée. On comprend que les détenus doivent acquérir plus de confiance en eux par le sport.

Pendant ce temps, loin de la chaleur au coin du feu de la maison d’arrêt ultra moderne de Valence, les SDF continuent à dormir dans la froideur des cartons sur leur coin de trottoir et à mourir dans l’indifférence du pouvoir. Pas de dynamique de réinsertion active pour eux. (Photo Dauphiné Libéré)

BS

Pompidou disait : « Arrêtez d’emmerder les Français ! »

Lors du dernier conseil municipal, il a été à nouveau question du contournement de la ville de Valence par l’autoroute. Le maire s’est rangé à la solution du Front National présentée pendant la campagne des municipales en 2014. J’avais défendu encore cette position au conseil municipal en février 2017 contre l’aberration de la solution du maire d’un « recouvrement partiel », dont il dit lui-même aujourd’hui que c’était une « rustine ».

Fort de ce changement de cap, au dernier conseil municipal donc, je me suis réjoui que le maire ait retrouvé son bon sens, et je lui ai demandé s’il envisageait de demander la levée de la punition (dont il est à l’origine) de la limitation de vitesse à 90 km/h sur l’autoroute. Il est quand même aberrant de transformer une autoroute en route départementale alors que la LACRA, de l’autre côté de la ville, est limitée à 110 km/h. Je n’étais pas naïf au point de penser qu’un maire LR allait se ranger deux fois de suite à un avis du Front National. Il prétend que cette limitation, même si elle n’atteint pas les résultats escomptés, permet une baisse de 15 % de la pollution. Affirmation gratuite, puisqu’à ma connaissance aucun résultat officiel n’a été publié. Et quand bien même, si ça n’empêche pas la pollution globale de dépasser le seuil admissible…

Mais une nouvelle lubie a germé dans la tête bien pleine de nos gouvernants énarques : ils veulent maintenant limiter la vitesse sur les routes à double sens à 80 km/h ! En fait l’expérimentation dure depuis deux ans (la Drôme y a participé, car nos élus sont toujours à la pointe des combats faciles), et maintenant il est question de la rendre définitive partout. C’est complètement irresponsable ! C’est même criminel d’autoriser les voitures à rouler sur les routes ! Si nous voulons supprimer les accidents, supprimons la cause de ces accidents, supprimons donc les voitures, et le problème sera réglé !

Plus sérieusement, il s’avère que cette course à la soi-disant sécurité n’est en fait qu’une course au lucratif ! L’automobiliste sert de tirelire. Il faut dire que l’automobiliste ne brûle pas de voiture (pas complètement idiot quand même), et ne descend dans la rue que pour rouler tranquillement.

Des chiffres, donnés par la Ligue des Conducteurs :

(je vous invite d’ailleurs à signer leur pétition) :

  • 46.900 PV pour excès de vitesse sont dressés chaque jour !
  • 13 millions de points de permis sont retirés chaque année !

Cette baisse n’a aucun fondement en matière de sécurité routière – on dispose même de données qui montrent qu’augmenter la limitation de vitesse ne nuit pas à la sécurité : en 2012, la vitesse moyenne a augmenté en France. Et pourtant, le nombre de tués sur la route a diminué de presque 8%. C’était déjà le cas entre 1998 et 2002, avec une baisse du nombre de décès sur les routes de 15 %.

BS.