Hélas, Allex est devenue « Callex »…

logo du groupe FN à la région Auvergne Rhône Alpes

Communiqué du groupe Front National au Conseil régional Auvergne–Rhône-Alpes

Encore une fois nous avons été mis devant le fait accompli. A nouveau l’état, en la personne du Préfet de la Drôme, passe en force « façon 49-3 ». Cela devient une habitude avec la gauche pseudo-démocratique !

Ainsi, nous avons été avertis ce matin par les habitants d’Allex de l’arrivée en pleine nuit des clandestins de Calais, installés par la préfecture au château de Pergaud cette nuit, à 4h du matin exactement, sans doute pour éviter de croiser les riverains farouchement opposés à cette invasion subie.

On reconnait là l’habituelle couardise de l’État, qui craint d’affronter ses administrés et refuse d’entendre leur opposition légitime à ce projet insensé de dissémination des occupants de la « jungle calaisienne »  dans nos campagnes jusque-là préservées. On retrouve aussi son totalitarisme consubstantiel en ignorant superbement la population locale qui réclame un référendum local depuis l’annonce volontairement tardive de l’arrivée des « migrants ». On note aussi sa malhonnêteté : contrairement à ce qu’il avait promis, il y a bien des familles parmi les nouveaux arrivants, mais aucune structure adaptée pour les recevoir.

Le maire, d’abord partenaire assumé du Préfet dans ce projet, a retourné une première fois sa veste à l’annonce de notre manifestation pour exiger la consultation des Allexois, promettant un référendum à ses habitants. Après avoir fait voter ce référendum en conseil municipal, il vient à nouveau de tromper son monde puisque nous apprenons dans le Dauphiné du jour qu’il a « omis » de transmettre cette délibération à la Préfecture…

Décidément dans cette affaire, la démocratie est bafouée à tous les étages !

Il est urgent que les Français retrouvent leur souveraineté afin de décider à nouveau de leur avenir. On le voit bien dans ce cas d’école, en 2017 seule Marine Le Pen leur permettra de recouvrer cette liberté fondamentale.

 

Les conseillers régionaux FN de la Drôme:
Laure Pellier, SD FN Drôme
Richard Fritz
Olivier Amos
Thierry Sénéclauze

Laurent WAUQUIEZ censure le vœu du Front National sur les migrants

Laurent Wauquiez censure le vœu du Front National sur les migrants

Prétextant l’article 1.18 du règlement intérieur du Conseil régional qui limite le nombre de vœux déposables par les groupes politiques, Laurent WAUQUIEZ a déclaré irrecevable le vœu du Front National sur les migrants, afin de mieux se réserver, et dans des termes similaires, le sujet.

 

Or, il avait refusé de mettre aux voix le vœu précédent du FN le 7 juillet dernier. Le groupe Front national n’a donc pas atteint le quota fixé par le règlement intérieur. La Direction des Assemblées et le Cabinet du Président, saisis par courrier, jouent la montre et ne daignent pas répondre à nos objections parfaitement fondées.

 

Qui plus est, il est assez cocasse de voir l’Exécutif s’abriter derrière un des articles du règlement intérieur, alors qu’il en viole allègrement d’autres (comme celui relatif à la publication des délibérations du Conseil régional).

 

Laurent WAUQUIEZ utilise son règlement intérieur comme d’autres font leurs courses, retenant tel article pour mieux négliger tel autre.

 

Après les interventions minutées à la seconde, après la dictature du micro coupé, voici maintenant que M. WAUQUIEZ joue de son règlement intérieur en fonction des circonstances et de ses intérêts.

 

Les Auvergnats et les Rhônalpins sont de moins en moins dupes des manœuvres du député-président-de-région-président-des-LR désormais bien engagé dans la campagne de son mentor Nicolas SARKOZY.

 

Le Front National saura se faire entendre.

Plagiat à Allex des idées FN, communiqué envoyé au Dauphiné et à France Bleu

Les petits Sarkozy fleurissent en Drôme !

 

Quel courage tardif démontrent tous ces élus LR et Centristes de la Drôme en soutien au Maire d’Allex après la bataille.

 

Force est de constater que, sans la mobilisation citoyenne initiée par le Front National de la Drôme, nul n’a levé le petit doigt pour réclamer un référendum local, abandonnant Allex et ses habitants à la migration décidée par le gouvernement socialiste.

 

Comme toujours, complices du pouvoir et blottis au chaud dans leurs prés carrés (chacun pour sa gueule !), ils n’ont exprimé aucune critique de cette atomisation de Calais ni soutenu le Maire d’Allex quand il en était encore temps.

 

Suiveurs passifs, ils montrent aux citoyens la même stratégie de copier-coller de Sarkozy, incapable d’émettre la moindre idée personnelle sauf à récupérer les thèmes propres au Front National.

 

Les électeurs s’en souviendront en préférant l’original au plagiat !

Richard FRITZ

Rassemblement des patriotes à Allex pour réaffirmer le respect de la démocratie locale

Une première victoire suite à notre mobilisation

Après avoir demandé l’organisation d’un référendum sur la question de l’installation des clandestins de Calais à Allex, le Front National de la Drôme a été entendu: le maire a fait machine arrière vendredi en promettant de consulter ses administrés, premiers concernés par cette invasion, mais derniers informés! Mais il se réveille un peu tard…

réponse du prefet au maire d'Allex

Dauphiné du 10septembre 2016

En effet, la Préfecture a sciemment pris tout le monde de court, en annonçant seulement quinze jours avant l’arrivée des 50 premiers « migrants » (et de 600 sur deux ans) au château Pergaud. La manœuvre visait clairement à empêcher toute contestation prévisible des Allexois. Le maire s’est d’ailleurs fait remonter les bretelles par le préfet qui ne craint pas de le menacer de lui opposer le tribunal administratif en cas de vote du référendum en conseil municipal. On est en plein abus de pouvoir autocratique. Nous savions que le gouvernement n’aime pas la démocratie, ne gouvernant que par « 49-3 », mais là nous avons encore une preuve de son fonctionnement dictatorial:

« Je vous invite à reconsidérer votre décision et à informer le conseil municipal avant de retenir une procédure qui ne manquerait pas d’être transmise à la censure du juge administratif. »

Il oublie qu’un référé serait suspensif et permettrait de surseoir à cette décision, laissant le temps aux citoyens de voter: le délai légal entre la décision municipale et l’organisation du référendum est en effet de deux mois.

Une mobilisation suivie par les Allexois

A l’appel des habitants excédés, les élus et militants du FN Drôme se sont donc rendus ce samedi après-midi à Allex pour soutenir la population et réaffirmer la nécessité de demander leur avis avant toute décision politique. De nombreux habitants se sont joints à eux, heureux d’être enfin entendus:

Étaient présent 7 conseillers régionaux dont la secrétaire départementale du FN, des élus municipaux, Elie David le délégué cantonal et Frédéric Marcel le secrétaire de la 2ème circonscription.

Espérons que le maire ne cèdera pas à l’intimidation du préfet. Nous veillerons à ce que la démocratie ne soit pas bafouée. RdV le 13 septembre à 20h au conseil municipal.

Retrouvez toutes les photos et vidéos de cette journée sur notre page Facebook.

La préfecture va installer 50 migrants au château d’Allex contre l’avis des habitants

réunion à la mairie d'Allex pour imposer des migrants aux habitants

Décidément, le « 49.3 » est devenu une habitude dans cette ripoublique, il s’applique aussi à Allex!

L’Etat contre les habitants d’Allex

Lundi 5 septembre au soir, le Préfet est venu dans cette commune de 2471 habitants présenter la déclinaison locale du projet d’installation de milliers de migrants dans les communes rurales de France, dont 600 dans la Drôme, les grandes villes étant déjà toutes saturées par cet afflux continu non maîtrisé. Comme récemment à Saint-Genis-les Ollières (Rhône), cette implantation va se faire au forceps.

Pas de chance pour les Allexois, à qui on n’a pas demandé leur avis (et l’État s’en gardera bien, connaissant déjà la réponse!), ils vont avoir droit dans quinze jours à 50 nouveaux voisins déplacés d’un camp de migrants, manifestement de la jungle de Calais comme l’a laissé entendre Eric Spitz…


Allex : polémique autour de l’accueil de migrants

Devant une quinzaine de conseillers municipaux et une centaine d’habitants, le préfet a bien tenté de justifier l’accueil des « réfugiés » au nom des « droidloms » et de la charité qu’il ne s’appliquera pas à lui-même, essayant de faire croire qu’il s’agira de migrants 5 étoiles: des médecins et autres doctorants CSP+ qui auraient fui la barbarie, laissant femme(s) et enfants derrière eux. A qui veut-il faire croire cela? Abandonneriez-vous votre famille dans pareil cas?… à la bonne heure! Mais l’assistance n’a pas été dupe. On sait maintenant que la plupart de ces jeunes migrants profitent du laxisme de l’UE pour venir (sans enfants) profiter des largesses de l’occident et parfois y perpétrer des attentats dans l’espoir d’en faire une terre d’islam.

Des habitants présents dans l’assistance ont demandé pourquoi ils n’avaient pas été consultés par référendum au préalable. Le préfet a répondu qu’il obéissait aux consignes…

Préférence étrangère obligatoire

chateau Pergaud Allex

hébergement de luxe pour clandestins

La pension sera fournie par le diaconat protestant, bien content de récupérer ainsi des subventions de l’État – vos impôts en somme – pour renflouer leur centre d’accueil pour alcooliques. Pendant que des milliers de Français vivent dans la misère (combien de SDF dans la Drôme?), attendant depuis des années d’être logés décemment, on trouve miraculeusement un superbe château pour héberger les clandestins! Ben voyons! C’est donc la double peine pour les autochtones qui paient pour être envahis…

Cerise sur le gâteau, des vélos seront mis gracieusement à la disposition des clandestins pour écumer les alentours, ainsi que des médecins de Valence (tient, le préfet nous a pourtant assuré qu’il y avait justement des médecins parmi les clandestins!), une aile du château de Pergaud sera dédiée aux activités, l’autre à l’hébergement. Le grand luxe!

Le Front National appelle tous les Drômois de bonne volonté à venir manifester avec lui votre refus de vous laisser envahir avec vos impôts, pour réclamer à la mairie d’Allex un référendum local sur cette immigration imposée d’en haut. RDV samedi 10 septembre à 16h devant la salle polyvalente d’Allex.

Émeutes dans les quartiers Pracomtal et Reynier

Les maires de la Drôme ont acheté la paix !

Comme tous les Drômois nous suivons avec inquiétude les émeutes qui secouent depuis une semaine le quartier de Pracomtal à Montélimar.
Soucieuse comme à son habitude de minimiser les faits, la presse (le Dauphiné) parle de tension et d’épisode d’agitation alors qu’il est question d’incendies de voitures, et d’agressions de sapeurs-pompiers, de policiers et d’automobilistes.
Le maire de Montélimar adepte lui aussi de la langue de bois évoque de façon sibylline « les agissements de certains » qu’il n’ose surtout pas désigner et s’empresse aussitôt d’appeler à… « Ne pas généraliser ».
Une fois de plus, on est face à une recrudescence de la violence et de l’insécurité auxquelles la classe politique ne sait réagir qu’en s’abritant derrière des circonlocutions qui ne renvoient qu’à leur impuissance.
Une fois de plus, on constate que les maires des villes de la Drôme, qu’ils soient de gauche de droite ou du centre, se montrent incapables de faire respecter la loi dans les quartiers qui sont le fruit d’une immigration incontrôlée acceptée par la droite et encouragée par la gauche.
Ceux qui comme Frank Reynier à Montélimar croient acheter la paix (et les voix de certaines communautés aux prochaines élections) en annonçant des menus de substitution dans les cantines ne font que céder aux exigences communautaristes par pur clientélisme.
Pour chaque accommodement, pour chaque renoncement, ils se décernent aussitôt des brevets de tolérance, alors qu’en fait, ils trahissent le principe de laïcité qui est au cœur de notre identité. le FN demande à tous ces élus de se reprendre, de demander les renforts de police nécessaires, d’exiger la plus grande fermeté de la part de la justice face à ces voyous, et de cesser de faire preuve de mollesse et de complaisance dans la gestion des quartiers, car en tant que maires, ils sont les premiers comptables de la sécurité de nos concitoyens.

Paul MANUEL

Délégué du canton de Grignan-Donzère